Mardi 22 janvier 2008, 11 heures du soir.

Posté par partimonegasque le 22 janvier 2008

Nous sommes 10 braves.

Nous nous sommes comptés ce soir, et nous sommes 10 femmes et hommes monégasques à être prêts à y aller. 10 hommes et femmes qui ne se reconnaissent ni dans le populisme, ni dans le conservatisme, ni dans le dogmatisme. 10 hommes et femmes qui ont une plus haute opinion de leur pays que le constant ballet d’alliances et de mésalliances auxquels nous assistons depuis deux ans. La plupart d’entre nous auraient pu, au prix de quelques trahisons ou de renoncement à nos idées, être tranquillement sur l’une des listes en présence. Non.

Je voulais tout laisser tomber ce soir. Et 9 personnes m’ont dit « il n’en n’est pas question ! ». Nous avons jusqu’à vendredi 16h30 et nous nous battrons jusqu’à la dernière minute.

Honneur à ces gens là. Ils sont le Monaco de demain. Ils sont le Monaco que j’aime.

Notre loi électorale nous oblige à être 13 pour se présenter devant vous, pour défendre nos idées et nos valeurs.

Alors, encore un petit effort, si vous venez nous rejoindre, vos enfants et vos petits enfants seront fiers de vous.

Bernard Pasquier

5 Réponses à “Mardi 22 janvier 2008, 11 heures du soir.”

  1. melanie dit :

    Il faut pas laisser tomber !!!!!!!!!!!!!
    Courage
    moi je compte sur vous

  2. BLANCON Christine dit :

    Je peux comprendre l’amertume et peut être l’émotion qui vous ont conduits à vous distinguer de ceux qui dans un passé très proche étaient vos compagnons de campagne. Vous parliez alors à ce moment là, de votre attachement à l’INTERET GENERAL. Vous parliez juste . Vous etes toujours en phase sur le fond, c’est à dire sur l’ESSENTIEL, avec vos (ex) compagnons de campagne ; j’en ai l’intime conviction.
    Alors pourquoi tant de force contraire déployée ? ( sur la forme )
    Il n’y a qu’UN UNIQUE OBJECTIF : « L’INTERET GENERAL  » – « L’INTERET GENERAL  » – « L’INTERET GENERAL  »
    Christine BLANCON

  3. Chère Madame Blancon,
    Croyez bien qu’il n’y a ni amertume, ni émotion dans le choix qui est le notre. Nous essayons simplement de défendre ce en quoi nous croyons. Nous ne pensons pas à « Chercher à nous dinstinguer » car nous nous vivons déjà distincts. Quant au déploiement de force, je ne suis pas certain de vous suivre dans la mesure où nous somme la formation la plus modeste, disposant de peu de moyens.
    Nous pensons simplement pouvoir apporter notre pierre à l’édifice du pays, et que cette pierre est singulière.
    Comme vous, certainement, nous pensons que la diversité est une chance, et qu’à l’image du peuple monégasque, aujourd’hui pluriel, il nous faut un parlement représentatif. Nous l’avons toujours revendiqué. Nous sommes tournés vers l’avenir et cet avenir ne peut, selon nous, que se construire avec l’implication de tous.

  4. BLANCON Christine dit :

    Cher Monsieur : réponse à partimonegasque 24 Janvier 8h48
    Je vous remercie pour la réponse que vous m’accordez ; je relèverais juste , dans celle ci, que je n’ai pas écrit ni pensé que vous cherchiez à vous distinguer. Je me suis sans doute mal exprimée ; je pensais, lorsque j’évoquais l’émotion qui vous avez peut être conduit à vous distinguer de vos ex compagnons de campagne, que cet éloignement ( le mot est peut être plus juste ) que je respecte bien evidemment, est regrettable. C’est un sentiment très personnel. Je pense en effet que la conjoncture, (qui plus est à ce stade) doit réunir les personnalités de qualité et de haute compétence dont vous êtes, et ce dans un unique objectif : l’interêt général.
    Je pense que vous 3 : VE – RPM -PM ( car sur le fond, sur l’essentiel, sur ce qui est fondamental,ce qui est juste vous êtes trois à vous exprimer dans l’intérêt du pays ) ne devriez vous exprimer que d’une seule et unique voix.
    Bien respectueusement

  5. Patrick dit :

    Faut-il être tombé bien bas, avoir bien enterré toute estime de vous même pour appeler ainsi n’importe qui à vous rejoindre, dans le seul et unique but de former une liste qui n’a pas la moindre chance, si ce n’est de faire échouer l’opposition dans sa rude tache de vaincre ceux qui utilisent les méthodes que vous dites combattre.
    Si vous les combattez vraiment, ayez le vrai courage de cesser de vous poser en victimes, de vouloir faire croire que vous êtes supérieurs à tous ceux qui sont sur les deux listes d’opposition.
    AYEZ LE COURAGE DE SOUTENIR L’OPPOSITION …. au lieu de chercher à disperser encore plus les voix !
    Alors et alors seulement vous aurez la légitimité suffisante pour continuer de faire vivre vos idées et 5 années pour construire une vraie liste !

Laisser un commentaire

 

UES - Claude WEBER |
leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blogdanton
| Kabylie News
| Ensemble, Préservons Rognac...