A l’origine des fonds souverains, une rente (2)

Posté par remimathis le 9 janvier 2008

La théorie économique définit traditionnellement l’économie de rente par son caractère non productif et non diversifié. Elle se traduit par l’exploitation d’une seule ressource, dont le produit est redistribué à la population par l’intermédiaire de l’Etat. Ce type d’économie est donc, d’une part, largement dépendante de l’état des réserves de ladite ressource et, d’autre part, faiblement génératrice de croissance puisque reposant sur un secteur public prépondérant.

Bien gérer une rente n’est guère différent de bien gérer un budget quel qu’il soit, mais certaines questions sont plus importantes : combien faut-il épargner pour les générations futures ? comment stabiliser l’économie face à l’imprévisibilité et à la variabilité des recettes sur le long terme et éviter l’alternance d’expansions et de récessions ? comment assurer que les dépenses sont de qualité, qu’il s’agisse de gros projets d’investissement, de consommation publique ou de subventions ?

Les prescriptions pour relever ces défis sont assez claires en théorie, mais elles se heurtent souvent à l’opacité et à la politisation de systèmes budgétaires dépourvus des garde-fous nécessaires pour garantir une utilisation efficace des ressources et offrir la souplesse requise pour ajuster les dépenses en fonction de l’évolution des recettes.

A ce titre, on constate aujourd’hui en Principauté de plus en plus de pressions politiques en faveur d’une augmentation des dépenses publiques, qui rendent plus difficile l’exercice de la discipline budgétaire. Ce alors que les engagements de dépenses augmenteront dans les prochaines décennies — notamment en raison du vieillissement de la population et de l’augmentation correspondante des dépenses au titre des retraites.

La question des conditions d’utilisation du Fonds, soit plus largement de l’orthodoxie budgétaire et de la gestion durable de notre épargne nationale reste aujourd’hui ouverte. C’est sur ce point que les Monégasques, au travers de leurs représentants auront à sa prononcer dans le courant de la législature qui s’ouvre en février 2008.

Laisser un commentaire

 

UES - Claude WEBER |
leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blogdanton
| Kabylie News
| Ensemble, Préservons Rognac...