Tri sélectif : arbitrage minable ou aveu d’impuissance ?

Posté par remimathis le 22 octobre 2007

118pxgreendotsymbolsvg.jpgOn est jamais aussi bien servi que par soi-même.

C’est sans doute la leçon qu’à du retenir Alexandre Bordero, conseiller national de l’Union pour la Principauté (UP) et président de la Commission des intérêts sociaux et des affaires diverses, qui prend la peine de réagir (Monaco-Matin, édition du 20 octobre) à l’article consacré au tri sélectif publié dans le Monaco-Matin du 19 octobre.

On y apprend que « la majorité du Conseil National n’a pas attendu la fin de l’année 2007 pour se préoccuper de la collecte des ordures ménagères » mais que « ce sujet a été abordé lors de l’examen de chaque budget depuis 2003″.

Encore mieux, M. Bordero nous indique qu’il est « intervenu à plusieurs reprises [...] dès la fin 2003 pour dénoncer [...] le retard pris par la Principauté en matière de tri sélectif » et que « dès décembre 2004 le Conseil national a rencontré le Gouvernement [...] pour demander la mise en place d’un dispositif de collecte permettant le recyclage et la réduction des rejets de l’usine d’incinération ».

Et de conclure « le Conseil National n’a pas réagi à retardement [...] mais a au contraire joué son rôle auprès du Gouvernement pour parvenir aux mesures concrètes annoncées pour 2008″.

Cette histoire ferait sourire si elle n’était au coeur d’une problématique très particulière : l’environnement, notre environnement, celui de nos enfants. En clair, alors que des carences caractérisées sont publiquement constatées dès 2003, il aura fallu attendre cinq années pour que soient mises en oeuvre des mesures « concrètes » aussi inefficaces qu’inadaptées.

A quel autel a donc été sacrifiée la qualité de l’air que nous avons respiré pendant ce temps (une législature !) ? Vraisemblablement celui du logement tant il est vrai que l’on a construit tout et surtout n’importe quoi, n’importe comment. L’arbitrage a au moins le mérite d’être clair. A moins qu’il ne s’agisse là d’un aveu d’impuissance …

Au-delà, c’est aussi cinq années de perdues dans l’apprentissage d’un geste quotidien (la responsabilité citoyenne) ainsi que dans le recyclage le plus large possible en amont de nos déchets. Pour nous, pour nos enfants, pour les générations futures.

M. Bordero, autant de transparence vous honore mais pour le reste, les monégasques ne vous disent pas merci : nous avons maintenant plus de dix ans de retard !

Rémi Mathis

Une Réponse à “Tri sélectif : arbitrage minable ou aveu d’impuissance ?”

  1. Georges dit :

    Bien vu : dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres (trop, voire presque tous devrais-je dire), le monolithe majoritaire actuellement parle, parle, parle, divise, divise, critique, critique….. et ne fait rien de plus que de dire « c’est la faute aux autres » si quelque chose ne fonctionne pas.
    Triste législature, espérons que la sagesse l’emportera et que, tous ensemble, nous pourrons arrêter les dégâts le 3 février 2008 !

Laisser un commentaire

 

UES - Claude WEBER |
leduc94 |
Mobilisation DEASS 2007 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blogdanton
| Kabylie News
| Ensemble, Préservons Rognac...